LA BIODYNAMIE

De la biologie à la biodynamie

Dès le premier cep planté, dès la première barrique remplie – en bref depuis la fondation de notre premier domaine, le Domaine des Balisiers – nous avons toujours donné une priorité absolue à l’engagement biologique.

Il faut se souvenir qu’en 1980 le vignoble suisse était asphyxié par les désherbants totaux, les engrais chimiques et les pesticides. BioSuisse n’existait pas, le mouvement écologique était à peine en train de naître … et nous étions la risée du vignoble genevois !

Quelques 30 ans de viticulture biologique plus tard le terroir de notre domaine est sain, régénéré au point que l’apport d’engrais (fumier, compost) n’est quasiment plus nécessaire, que les doses de cuivre de soufre naturel protégeant du mildiou et de l’oïdium sont divisées par deux.

Mais nous pouvons faire mieux encore :

Depuis 2005 le Domaine a changé d’orientation sur un principe de culture en biodynamie, 2 grandes préparations sont employées :

  • La préparation « bouse de corne » dite 500 ou 500-P (favorise la structure du sol, l’activité microbienne et la formation d’humus). Elle renforce aussi la croissance des racines et leur développement en profondeur, c’est une préparation essentielle.
  • La préparation silice de corne dite 501, elle, améliore la photosynthèse et apporte une vigueur et une qualité lumineuse aux plantes. Elle équilibre la trop grande luxuriance et atténue les tendances aux maladies. Cette préparation est essentielle pour la structuration interne des plantes et pour leur développement.

Nous ajoutons selon la saison différentes tisanes (ortie, osier, prêle etc…) afin de baisser les doses de cuivre et de soufre et améliorer la qualité de la plante.

L’AMPHORE

Nous rêvions depuis longtemps d’élever nos vins avec l’action positive de la barrique – la micro-oxygénation – et sans le « goût boisé » qui masque trop souvent les notes fruitées des cépages. C’est pourquoi nous avons recherché comment les Romains vinifiaient dans leurs amphores d’argile et de béton naturel avant leur adoption de la barrique gauloise.

Et puis nous avons rencontré en Bourgogne Marc Nomblot, artisan passionné capable de façonner à l’ancienne des récipients de toute forme (tronconique, elliptique, pyramidal); à l’eau de source, sans armature métallique, sans liant ni adjuvant chimique.

Nos prototypes d’amphores s’inspirent du Nombre d’or de Ptolémée réitérant la forme géométrique parfaite de l’œuf:

τ = ½(√5 + 1) = 1,618033989

Depuis le millésime 2004 et pour cinq ans, l’équipe du Domaine expérimente donc l’effet oenologique contenant/contenu sur Chardonnay, Chenin Blanc, Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Gamaret.

En l’état actuel de nos recherches nos prototypes d’amphores semblent améliorer les paramètres de vinification suivants:

  • micro-oxygénation accrue par la porosité du béton naturel
  • mouvement brownien idéal favorisant la mise en suspension des lies afin d’augmenter la structure en bouche
  • absence d’effets réducteurs liés à l’acier inoxydable ou de contact du vin avec des revêtements en résine de synthèse pouvant céder des résidus chimiques
  • effet de mouvement vin/lie accru par une forme ovoïde biodynamique;
  • élevage sans arôme de bois (note de toastage, whisky-lactone, vanilline, coconut) parasitant l’authenticité et le fruit du vin.

LA LYRE OUVERTE

Visuellement les vignes du Domaine des Balisiers ne ressemblent à aucune autre en Suisse. En pionnier, les 30 hectares de plantier sont dressés avec un palissage à double plan vertical: la lyre ouverte.

La lyre ouverte a été inventée en 1976 par le Professeur Alain Carbonneau à l’INRA Bordeaux. Cette architecture originale double le plan d’ensoleillement du cep avec une forme ressemblant à la lyre antique, d’où son nom. Le meilleur rendement des feuilles (photosynthèse) accroît la précocité et la cinétique de formation des arômes du raisin, donc du vin.

Par ailleurs, le port érigé et ventilé des grappes diminue le risque de pourriture (botrytis) et facilite la culture biologique du cep au niveau des traitements et de l’entretien du sol.

TOUJOURS DE NOUVELLES INNOVATIONS

Les succès et la passion de l’équipe des Balisiers résultent d’un esprit d’innovation permanent: la recherche de nouveaux concepts pour l’amélioration de l’efficacité du processus viticole et l’obtention de crus originaux sont toujours en cours.

Quelques exemples:

En 1987-1988: 1.7 hectares de Cabernet Sauvignon et 1.3 hectares de Cabernet Franc ont été plantés.

En 1992: sur les côteaux de Plan-les-Ouates, l’équipe des Balisiers n’a pas hésité à planter 3 hectares d’un seul tenant de Gamaret, le remarquable nouveau cépage rouge découvert par la recherche ampellographique suisse.

En 1996: c’est près de 2 hectares qui sont consacrés au Sauvignon Blanc.

En 1998: l’élevage de la première récolte a permis à la Lune Rousse (Gamaret des Balisiers) de devenir un des vins préférés de la clientèle.

En 2004: 3 hectares de Chenin Blanc, cépage noble de la Loire, sont pour la première fois plantés aux Balisiers et acclimatés en Suisse.

En 2009: lancement de notre Îlot Noir, un cépage de Pinot Noir d’une intensité étonnante, issu de la vinification séparée de raisins provenant d’une petite parcelle de terre d’une qualité exceptionnellement bonne dans nos vignes de Peissy.

En 2015: c’est au tour du traditionnel Chasselas d’être replanté sur près de 1.2 hectares.

En 2016: la demande et le succès genevois du Gamaret des Balisiers sont tels qu’un demi hectare lui est à nouveau consacré.

En 2017: le Domaine des Balisiers innove une fois encore et intègre à sa collection plus d’un demi hectare de Divico, mais ne manque pas bien sûr de penser à son Pinot noir pour lequel il replante un petit hectare.

En 2018: à Satigny, c’est à son tour le Merlot qui est ajouté à la culture déjà florissante des Balisiers. Celui-ci sera planté sur 1.3 hectares.

L’exigence de nos techniques, la richesse de notre savoir-faire, la qualité des vignes… c’est l’esprit du Domaine des Balisiers tout entier qui se traduit dans chacun de ses vins.

0
Votre panier